Culte du 14 juin 2020

Lundi 08-06-2020, premier jour de la phase trois du déconfinement, les écoles repartent et
tout l’ HORECA rouvre ses portes, notre bulle passe de quatre à dix personnes, vive la liberté.

Et pourtant, l’absence de contrainte ne fait pas la Liberté. Qu’il s’agisse du peuple hébreu
sortant d’Egypte, la maison de servitude, qu’il s’agisse d’une population s’affranchissant d’une
dictature, ou d’un jeune quittant l’emprise parentale, ou du premier déconfinement de
l’histoire, quand Noé sort de l’arche et tout à coup, tout devient possible.
Devenir libre ne se fera pas seulement du fait qu’il n’y a plus de liens toxiques, qu’il n’y a plus
de mainmise, plus de tutelle, plus d’obligation. Se couper de tout ce qui nous entrave permet
d’avancer sur notre propre chemin, mais si nous n’avons nulle part où aller, que deviendronsnous ? Serons-nous semblables aux Hébreux qui préfèrent retourner en arrière pour retrouver
les marmites pleines, quitte à retrouver le poids des chaînes ?
Noé, lui commence par construire un autel à l’Eternel, adorer Dieu le remettre à la première
place est une excellente idée. Ensuite il est question de l’alliance avec Dieu, ce qu’il est bon
de faire et de ne pas faire et organiser sa vie matérielle et spirituelle. Il faut donc fonder son
éthique sur le fait qu’on est en relation avec un Dieu de grâce.
La Liberté a besoin d’un horizon qui donne sens à notre histoire. La liberté a besoin d’adhésion
à des perspectives, des projets de vie, des convictions, toutes choses que les Evangiles
appellent le Royaume des cieux ou de Dieu. La prédication de Jésus nous invite à orienter
notre vie en direction de ce qui favorise l’accueil de l’inconnu, de ce qui est inattendu, ce qui
rend justice aux personnes, ce qui suscite le pardon, ce qui déploie l’amour inconditionnel.
Pour en arriver à cette adhésion que la Bible nomme la Foi, il faut en passer par l’apprentissage
2
de ce qui nous est nécessaire pour discerner ce qui peut nous tenir lieu d’horizon. Il faut
apprendre, également, à prendre notre place active au sein de ce royaume. Il n’y a pas de
liberté sans une éducation qui nous enseigne à repérer les menaces et qui nous équipe de
trésors d’intelligence du cœur. Cet apprentissage se fait en famille, durant les études, à
l’Eglise, là où nous œuvrons.
A VOUS TOUS, GRÂCE ET PAIX DE LA PART DE DIEU NOTRE PERE ET DU SEIGNEUR JESUSCHRIST.
Prière :
PÈRE, Je me lève le matin et je sais que je passerai la journée avec Toi. Je me couche le soir et
je peux remettre à Ta grâce le fruit de mon travail, mes fatigues et mes chagrins, ainsi que la
joie de mes rencontres.
Père, Ta présence et Ton amour ont donné un sens à ma vie. Je ne m’agite plus en vain, je vis
pour Toi, je vis de Toi. Je sais que Tu poses sur chacun de mes gestes Ton regard de tendresse
et d’espérance. Souvent Tu me corriges, me reprends, m’encourages ; d’autres fois Tu me dis :
c’est bien !
Père, je suis tellement heureux de vivre pour Toi, de vivre de Toi. Je Te confie cette journée
nouvelle, perle précieuse dans l’écrin de ma vie. Quelle devienne, entre Tes mains, un joyau
de Ton royaume.
Nous sommes à Ton écoute, nous nous attendons à Toi. Par le nom de Jésus nous Te prions
Amen
Chant : 514 Pour que le jour qui se lève…..(pour entendre les cantiques, il suffit d’appuyer sur
la touche ctrl et cliquer sur le lien ci-dessous)
https://www.youtube.com/watch?v=AgnlRnVfdUw
3
Introduction à la louange : Psaume 34 : 2-11
Ce psaume attribué à David, personnage central dans la foi et la culture juive est un psaume
de louange.
Le 2ème roi en Israël, l’ancêtre du Seigneur Jésus proclame qu’il veut bénir Dieu en tout temps.
En tout temps ? Et en toutes circonstances ? Géniale, la foi de David !
Serait-il si différent de nous ? Face au Covid-19, face à toutes sortes de maladies et d’épreuves,
pourrions-nous comme David déclarer « Je bénirai l’Eternel en tout temps » ?
J’ai le souvenir de moment de prières où j’étais incapable de dire autre chose à Dieu que
« Seigneur, je n’en peux plus. Je n’ai plus de force ni pour agir ni pour prier. Je suis comme
cette femme en détresse qui se disait : Au moins toucher le pan de son vêtement ! »(Luc 8 :
43).
A ce propos, le contexte dans lequel David a écrit le psaume 34, décrit un homme en proie à
la peur pour sa vie. Relisons le récit en 1 Samuel 21 où il nous est raconté que pour sauver sa
vie, David se fit passer pour un fou, un homme qui avait perdu la raison. S’il avait été liégeois,
peut-être l’aurions-nous entendu dire « Oufti, je l’ai échappé belle ! »
Ce psaume est donc une invitation à confier notre vie dans les mains de notre Seigneur qui ne
nous délivre pas toujours de nos épreuves mais qui nous assure de sa présence au cœur même
de nos vies.
Remettons lui donc nos souffrances, nos peurs, nos craintes, ainsi que nos joies et allégresses.
Cantique Je ne sais pourquoi dans sa grâce
https://www.youtube.com/watch?v=AOkoKIsrg2U
Prions les uns pour les autres. Prions particulièrement pour Ginette Brouxhon, pour Anthea
Perkins- de Vooght et leur famille.
4
Lecture biblique : Actes 2 : 32-37
Méditation :
Il y a quelques jours, mon fils est allé dans un magasin bio. Il y a vu des tomates qui ne
ressemblaient pas aux tomates habituelles. Il avait été étonné de voir qu’elles n’avaient pas
le calibre habituel de celles des grandes surfaces.
A-t’il éprouvé le besoin d’un retour à l’authenticité voire même à une idéalisation du passé ?
Était-ce une conséquence du confinement ? Je ne le sais pas, mais cette anecdote m’a fait
penser à la vie en société.
Quand on vit une période difficile, nous avons tendance à chercher refuge dans le passé et à
l’idéaliser même.
Ce phénomène est assez fréquent aussi dans le christianisme où la tendance est de relire les
textes bibliques en se disant « c’est la clé du succès, c’est comme cela que l’Eglise restera
fidèle à la Parole de Dieu ».
Or, ce n’est pas si simple : La société de l’époque était une société où l’homme dominait. La
femme et les enfants devaient être soumis au père, les femmes devaient être voilées, c’est le
père qui choisissait l’épouse pour son fils, etc. Aujourd’hui, plusieurs coutumes seraient
inapplicables et certains deviennent de petit dictateur à bon compte, en invoquant des textes
bibliques à l’appui de leur tyrannie.
Que retenir donc de ce texte qui nous est proposé ?
Tout d’abord, qu’il n’est ni nostalgique ni désireux d’un retour vers le passé, mais un témoin
d’une époque, d’une vie communautaire et d’une découverte de la foi partagée qui devient
un moteur de témoignage chrétien et de solidarité fraternelle.
Les maîtres mots étaient « cœur et âme » : Ils n’étaient qu’un cœur et une âme (Actes 4 : 32).
Cela se manifestait par le témoignage, l’annonce de l’Evangile d’un Seigneur Vivant, ressuscité
(et donc agissant, œuvrant à travers les disciples) et une solidarité avec les plus fragilisés dans
la société et dans l’Eglise.
5
La conséquence ? Une simplicité, une joie simple. Surtout pas l’absence de problèmes ou de
tensions comme ce sera le cas quelques versets plus loin.
Que signifierait donc pour nous aujourd’hui « un cœur et une âme » ?
L’unanimité qui ressemble souvent à l’uniformité ? Bien sûr que non ! Jamais la Bible n’a
cherché à uniformiser le croyant. Au contraire, elle invite à mettre ses talents au service des
autres. A œuvrer dans l’Eglise et dans le monde selon sa personnalité.
Pierre et Paul étaient différents dans la personnalité comme dans leur style. Il suffit de lire les
épîtres qu’ils ont écrites pour conclure que ce ne sont pas des sosies l’un de l’autre… ni du
Seigneur d’ailleurs.
Quand nous chantons « Te ressembler Jésus », nous ne disons pas « je voudrais avoir le même
physique que toi », mais « Je veux vivre et témoigner de ton amour pour moi et pour le
monde ».
Si ce n’est donc pas l’uniformité, ce n’est pas non plus la diversité qui oublie, néglige l’unité.
C’est dans un esprit de diversité ET d’unité qu’un témoignage au Seigneur Vivant est le plus
authentique. Cette diversité dans l’unité au service du Seigneur, de Son Eglise et de Son
monde. Car ne l’oublions pas, ce monde n’est pas celui du mal et du malin. Il est le monde où
Dieu a choisi de s’incarner et où il poursuit son œuvre à travers toi et moi, unis dans un même
corps dont le Seigneur est la tête.
Amen
Prière : Écoute-toi, écoute ta voix, tes mots, tes intonations. Mets-toi à l’écoute de ce que tu
vis, ressens, crois et aimes.
Entends ce que tu portes au fond de toi, ce qui t’inspire et te donne de l’élan : C’est la voie de
la communion avec ton être profond.
Écoute la voix de l’autre. Écoute ce qu’il dit dans ses mots, son langage, sa culture.
6
Mais aussi ce qu’il est incapable d’exprimer. Écoute ce que disent ses yeux, ses gestes, sa vie:
Tout cela parle d’elle, de lui, de son histoire, de ses joies, de ses attentes.
Écoute et laisse sa voix se déposer en toi : Sa voix rejoindra ton cœur et c’est là que vous
communierez.
Écoute la voix du Père. Elle s’exprime dans la Création, dans le son de la terre, dans la musique
du vent. Elle s’exprime dans les paroles et les gestes du Fils. Elle se révèle dans les inspirations
de l’Esprit. Elle est proche de toi. Elle te redit sans cesse sa confiance sa miséricorde. Elle
t’appelle à la liberté dans la communion à son projet d’amour.
Écoute. Prête ton oreille. Porte attention. Dieu se révèle dans la brise légère de tout ce que
le monde a à te dire.
Offrande :
Voici venu le moment de l’offrande. L’offrande est une partie essentielle de culte parce que
rendre un culte à Dieu, ce n’est pas seulement prier, écouter ou communier, c’est aussi
s’engager, c’est aussi donner soi-même. La grâce, c’est aussi répondre à cette grâce. Donc, le
don est cette manière active avec laquelle nous participons au culte et avec laquelle nous
répondons à la grâce.
Vous trouverez ci-dessous toutes les modalités pour pouvoir effectuer votre don :

  1. un ordre permanent (ce qui est le plus simple pour notre trésorier.)
  2. Un versement sur le compte
  3. Prévoir une enveloppe dans laquelle vous mettez chaque semaine votre offrande afin
    que vous puissiez la déposer quand nous pourrons recommencer nos cultes.
    Pour rappel le numéro de compte est le suivant: Eglise protestante BE32 0016 6002 9102
    7
    Prière d’intercession : « Seigneur, aide-nous à être des croyants dans la pratique de chaque
    jour » :
    Donne-nous le courage là où nous vivons chaque jour, de prendre position au nom de notre
    foi, de ne pas mettre sous le boisseau notre attachement au Christ, même si cela doit nous
    amener ironie ou rejet. Donne-nous le courage de participer activement à la communauté
    d’Eglise à laquelle nous appartenons, afin qu’elle devienne le lieu où notre vie, avec ses conflits
    et ses recherches se trouve éclairée par notre foi. Donne-nous le courage et ne nous laisse pas
    au repos, Seigneur, tant que notre foi n’imprime pas son exigence sur l’éventail de toute notre
    vie. Nous T’en prions, aide-nous à être des croyants dans la pratique de chaque jour. Amen
    (Père Charles Singer).
    Bénédiction : Soyez toujours dans la joie du Seigneur ; je le redis : soyez dans la joie. Que
    votre bienveillance soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche.
    Ne soyez inquiets de rien, mais, en toute circonstance, priez et suppliez, tout en rendant
    grâce, pour faire connaître à Dieu vos demandes.
    Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut concevoir, gardera vos cœurs et vos
    pensées dans le Christ Jésus (Philippiens 4 : 4-7)
    Allons, dans sa joie et dans sa paix. Amen
    Cantique Héritage A Toi la gloire
    https://www.youtube.com/watch?v=Me2lCRjVSo8

daniel laenen

View more posts from this author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.